Intéressant

Un potager en Angleterre: l'aventure d'un novice


Bonjour à tous! Permettez-moi de me présenter: je suis un Italien qui vit dans le nord de l'Angleterre depuis plus de trente ans. En octobre de l'année dernière, ma demande de partage d'emploi à l'université où je travaille a été acceptée, ce qui a donné lieu à deux jours de congé par semaine à consacrer à mes divers passe-temps (et il y en a beaucoup, je vous assure, y compris jardinage!).

Une vraie aubaine pour retrouver du temps libre e abandonner la soi-disant course de rats (= la course des rats comme on l'appelle ici, ainsi qu'une existence frénétique sous la bannière de la compétition et de l'accumulation d'argent).

Mon jardin le premier jour

Alors, au vu de cette réduction des heures de travail l'an dernier en mai je me suis mis sur la liste desaffectation d'un des nombreux jardins urbains (appelés lotissements) qui se trouvent dans ma ville (Darlington).

Créer un jardin urbain en Angleterre

Ces attributions sont un une pratique répandue dans toute l'Angleterre, patrie du jardinage. Une initiative louable, généralement gérée par les autorités locales, qui donne à ceux qui n'ont pas de jardin, ou en tout cas pas de jardin propice à la culture de légumes, la possibilité de louer leur propre jardin. J'ai un petit jardin derrière la maison, mais je n'ai jamais essayé de faire pousser des légumes. J'ai fait quelques expériences en pot (quelques tomates et courgettes) dans le passé mais avec des résultats plutôt décevants.

Cependant, l'intérêt a toujours été là et c'est pourquoi l'année dernière j'ai finalement décidé de me mettre sur la liste pour louer un de ces jardins urbains. À l'époque, ils m'ont dit que je devrais attendre au moins 2 ou 3 ans, compte tenu de leur popularité, mais heureusement une association privée à but non lucratif, appelée Hummersknott Allotment Association, m'a dit à la mi-février que certains jardins avaient été libérés. sur leur terrain et m'a demandé si je voulais en louer un.

C'est un endroit magnifique, comme vous pouvez le voir sur la photo, caché par un mur (il a aussi une histoire très intéressante mais je vous en parlerai plus tard). Une oasis de paix et de tranquillité dans laquelle dans la zone inférieure se trouvent tous les potagers (plus de 70) et quelques ruches et dans la partie supérieure de nombreux arbres fruitiers (pommiers, poiriers et pruniers).

J'ai donc attrapé la balle et j'ai tout de suite accepté en choisissant la plus petite parmi les parcelles gratuites (il y en avait beaucoup plus grandes mais comme on dit ici "il faut marcher avant de pouvoir courir" - "il faut d'abord apprendre à marcher pouvoir courir », donc mieux se contenir quand on est inexpérimenté comme moi ;-)).

Ce que j'ai choisi est un beau potager en position ensoleillée. À en juger par son apparence, il avait été bien entretenu par l'ancien propriétaire. J'ai demandé à quelques amis tout aussi inexpérimentés s'ils étaient intéressés à se lancer dans cette nouvelle aventure avec moi et ils ont heureusement accepté.

Le lotissement Hummersknott

Me voici donc en train de partager ce nouveau voyage avec les lecteurs de l'excellent blog de Matteo (fils d'un de mes plus proches amis), Jardin à cultiver. Étant novice dans le domaine de l'agriculture biologique, je sais déjà qu'il y a beaucoup à apprendre! Je le ferai en cours de route, une étape à la fois, grâce également à l'aide de ce blog. Ce sera une expérience fascinante à partager avec ceux qui, comme moi, repartent de zéro, sans aucune expérience préalable.

Évidemment, étant en dehors de l'Italie, je vais devoir tprendre en compte à la fois les différents climats: le moment de l'Italie (calendrier des semis, de la récolte, etc.) n'est pas applicable au nord de l'Angleterre, ni du type de légumes que je pourrai cultiver. Compte tenu des pluies fréquentes et du manque de soleil, je sais que, par exemple, je devrai abandonner l'idée de cultiver des citrons et des oranges. ;-) Nous verrons!

choix des légumes à cultiver sera principalement déterminé par ce que j'aime manger (ce qui élimine immédiatement le chou de mon jardin! Je sais qu'ils sont bons pour la santé mais ce ne sont pas mes légumes préférés). Je privilégierai également, compte tenu des limites d'espace, légumes pas facilement disponibles au supermarché ou qui sont chers à l'achat. Il est inutile de cultiver des légumes bon marché.

La première année sera vraiment une expérience dans ce qui pousse bien et ce qui ne pousse pas (essai et erreur, comme on dit en anglais). J'observerai ce que les autres cultivent et je n'aurai pas peur de demander de l'aide aux «voisins du jardin». A partir du moment où je suis allé au lotissement, j'ai remarqué un sens de la solidarité entre les personnes. Il y a un véritable esprit communautaire dans ce lieu idyllique: les gens sont très sympathiques et prêts à discuter et à offrir des conseils. Je sais déjà que j'en serai très content et que je passerai de nombreuses heures heureuses à caresser la terre, les graines et les plantes.

L'entrée des jardins urbains

Les premiers travaux

Mais laissez-moi vous mettre à jour sur ce que j'ai fait le premier mois: j'ai enlevé les quelques herbes sauvages qu'il y avait, creuser doucement le sol est engrais naturel appliqué sous forme de granulés (fumier de poulet).

J'en ai aussi plantéAil, du Oignons rouges et de Haricots Fava directement dans le sol. De mon jardin, j'ai apporté une plante de Rhubarbe (qui pousse très bien ici dans le nord et que j'aime) et un groseille qui vivaient pas très heureux dans un vase et je les ai transplantés là-bas. J'ai aussi planté det myrtilles de deux variétés différentes, ce qui, apparemment, favorise la pollinisation. J'adore les myrtilles mais ici, elles coûtent très cher, je ne sais pas en Italie! Voyons si je peux les faire grandir.

La vue du haut des jardins urbains.

Et en parlant de baies: l'ancien propriétaire a laissé des plantes de ce type dans le sol mais pour le moment nous n'avons pas la moindre idée de ce qu'elles sont. Les premières feuilles timides commencent à apparaître, il faudra donc attendre de voir. Ce sera une surprise excitante de découvrir ce qu'ils sont! Nous pensons que ce sont des groseilles à maquereau, des cassis et des framboises, mais nous n'en sommes pas sûrs.

Comme vous l'aurez compris, la volonté et la passion sont là. Connaissance un peu moins. Mais tout peut être appris avec un peu de enthousiasme. Et il y en a beaucoup. Jusqu'à la prochaine fois!


Vidéo: Le Potager du Paresseux: Je suis un peu dans le brouillard! (Octobre 2021).