Divers

Associations utiles dans le jardin


association dans le jardin signifie le la culture simultanée de différentes espèces végétales, qui sont cultivées côte à côte afin de s'entraider.

C'est une pratique agricole d'origine ancienne, qui n'est rien de plus qu'une imitation de la nature, où la biodiversité végétale spontanée contribue à maintenir un environnement sain.

Les champs de monoculture de l'agriculture moderne, en revanche, sont des proies faciles aux ravageurs et à l'adversité, ce qui oblige à utiliser des contre-mesures drastiques, telles que les pesticides. La culture naturelle rejette ces logiques et préfère se concentrer sur les synergies entre plantes. Les associations sont donc particulièrement importantes pour le jardin bio: c'est un bon moyen de prévenir les problèmes.

Les plantes interagissent entre elles et avec le sol de différentes manières: elles échangent des nutriments, attirent ou repoussent différents insectes avec leurs fleurs et leurs parfums, ombragent le sol et le maintiennent humide. En exploitant correctement les caractéristiques de chaque légume, un potager productif et luxuriant peut être conçu.

Pourquoi s'associer

L'avantage apporté par les associations est multiple: tout d'abord, avec les bonnes combinaisons, les insectes nuisibles ou les spores pathogènes sont éliminés, préservant les cultures. Deuxièmement, la présence de nutriments peut être améliorée en augmentant la fertilité du sol, cela permet une meilleure récolte en termes de quantité et aussi de qualité. De plus, l'association permet souvent de gagner de la place, d'optimiser le jardin.

Associations entre légumes

Sur Internet, vous trouverez de nombreux tableaux d'association, ce sont des outils utiles car ils résument en un coup d'œil les relations entre les plantes. Ce que je n'aime pas dans les tableaux d'association, c'est le fait qu'ils disent simplement «ce oui» et «ce non» sans en expliquer les raisons, dans de nombreux cas ils sont compilés de manière approximative et contiennent des informations incorrectes. Je préfère donc ici essayer d'expliquer quelles sont les synergies les plus importantes entre plantes de jardin, vous pardonnerez la longueur de la liste. Les bons environnements sont une aide très précieuse à l'agriculture biologique, il vaut la peine de passer quelques minutes de plus pour les connaître en détail.

Betteraves et laitue. La laitue bénéficie d'une proximité croissante avec les betteraves, il vaut donc la peine de les semer rapprochées.

Carottes (ou panais, céleri) et oignons (ou poireaux, ail, échalotes). L'une des associations les plus connues de toutes est celle entre les carottes et les oignons, elle sert à éloigner les parasites et est particulièrement intéressante car les deux plantes associées bénéficient l'une de l'autre. La mouche de l'oignon est retirée de la présence de la carotte, tandis que la mouche de la carotte est éliminée des plants d'oignon. Dans cette association, vous pouvez également remplacer la carotte par du panais ou remplacer l'oignon par des poireaux, de l'ail ou des échalotes. On peut résumer ce groupe d'associations par une règle: il est bon d'associer une plante de la famille des liliacées (donc ail, échalote, poireau, oignon) à une de la famille parapluie (donc carotte, fenouil, panais, céleri).

Carottes et salsifis. Le salsifis élimine la mouche de la carotte, il peut donc être utilisé comme substitut à l'oignon dont nous venons de parler.

Chou et betteraves. Les plants de chou et les plants de betteraves fonctionnent bien ensemble, car les substances que les plantes libèrent et consomment sont compatibles.

Chou et herbes. Aussi afin d'éloigner les larves de chou, les plantes crucifères peuvent être protégées en les combinant avec des herbes aromatiques. Les herbes les plus favorables au chou sont le thym, l'aneth et la menthe.

Chou et tomates. La tomate enlève le chou, à tel point qu'il est possible d'obtenir un macérat à utiliser comme pesticide. Pour cette raison, les plants de chou ont avantage à être proches des tomates. Il y a ceux qui disent que les tomates rencontrent des difficultés de croissance en interaction avec le chou-rave, si quelqu'un a de l'expérience à cet égard, ils sont les bienvenus (vous pouvez écrire à ce sujet dans les commentaires!).

Concombres (ou melons) et maïs. Le concombre ou le melon bénéficie de l'ombre estivale apportée par le maïs, rend la faveur en évitant le développement de mauvaises herbes parmi le maïs. Lors du mélange de melons et de maïs, il faut veiller à ce qu'il n'y ait pas de manque de potassium dans le sol, ce qui est nécessaire pour garantir les sucres des deux légumes.

Haricots (ou fèves) et pommes de terre. Les haricots réduisent la présence du doryphore de la pomme de terre, étant indésirable pour cet insecte, tandis que les pommes de terre sont répulsives pour les charançons (parasite du haricot). De plus, l'azote apporté par les légumineuses est utile pour la croissance des pommes de terre, cette association présente donc de multiples avantages.

Fenouil et oignons. Le fenouil profite de la proximité de l'oignon, qui avec son essence élimine le machaon, un papillon dont les larves sont nocives pour la plante parapluie.

Fraises et haricots verts. Les haricots verts bénéficient de la proximité des fraises, ils rendent la pareille au bon voisinage en fixant l'azote dans le sol qui reste disponible pour le petit fruit.

Laitue et fraises. La laitue bénéficie de la présence de fraises dans sa croissance.

Laitue et radis. Les deux sont des cultures à cycle court, elles peuvent être assemblées sans difficulté, même en semant en rangs alternés. Dans les climats très chauds, les radis proches de la laitue restent plus tendres.

Légumineuses et aneth. L'aneth est une plante aromatique qui repousse les pucerons, particulièrement indésirables pour les pucerons noirs. Pour cette raison, c'est un bon voisin pour les légumineuses, en particulier les fèves. Le développement foliaire de l'aneth est favorisé par l'azote apporté par les légumineuses.

Aubergine (ou poivron) et haricots verts (ou haricots). La légumineuse protège l'aubergine du doryphore, étant un répulsif.

Pommes de terre (ou poivrons, ou aubergines) et lin. Le lin chasse le doryphore, qui est l'un des pires ravageurs des pommes de terre. Pour la même raison, nous pouvons l'associer aux poivrons et aux aubergines.

Pommes de terre et raifort. Le raifort repousse certains insectes qui agacent la pomme de terre.

Pois et carottes. Les racines des carottes émettent des substances utiles à la croissance des pois, il vaut donc la peine d'associer ces deux plantes.

Tomates (ou persil) et asperges. Ces deux plantes sont compatibles car elles ne sont pas en concurrence, consommant des substances très différentes dans le sol. L'asperge est une plante vivace qui est récoltée au printemps, après la récolte des asperges, c'est le bon moment pour repiquer les tomates dans les asperges. Cette association permet de doubler l'exploitation de l'espace dédié aux asperges et de maîtriser les mauvaises herbes, car l'ombre des plants de tomates limite leur croissance. Le persil peut remplacer les tomates dans les asperges ou l'accompagner en formant un trio optimal.

Tomates et menthe (mais aussi mélisse ou basilic). Les trois plantes aromatiques indiquées ont pour effet de favoriser la croissance de la tomate et d'améliorer son goût.

Radis et cerfeuil. Association mutuellement utile dans la croissance et la saveur, même si le radis est plus épicé et doit donc aimer ce goût.

Radis et épinards. Les épinards éloigne l'altica des radis.

Courgettes (ou citrouilles), haricots et maïs (les trois sœurs). Cette association est l'une des plus anciennes, les plantes sont appelées les trois sœurs. Une véritable synergie se crée entre ces trois légumes, où chaque légume contribue positivement. Les haricots doivent grimper et peuvent être remplacés par d'autres légumineuses. Le premier facteur positif de proximité est l'utilisation de l'espace: le maïs pousse verticalement et offre un support aux haricots, qui sont grimpants, tandis que les courgettes président plutôt sur l'espace en se dilatant horizontalement et évitent la formation de mauvaises herbes. Du point de vue des nutriments, les courgettes sont un gros consommateur d'azote, que les haricots libèrent par les racines.

Consanguinité à éviter

Le voisinage n'est pas toujours positif, il y a des plantes qui se font concurrence, volent des substances utiles à travers les systèmes racinaires ou se libèrent des essences indésirables. En général, il est inapproprié de placer des plantes de la même famille botanique rapprochées, car elles partagent souvent les mêmes parasites et se nourrissent de substances similaires. En plus de ce critère général, nous voyons quelques associations à éviter.

Absinthe. Cette plante médicinale est plutôt antisociale: elle doit être tenue à l'écart de la plupart des légumes pour ne pas gêner leur développement.

Chou et fraises. Les fraises n'aiment pas être à proximité de tous les plants de chou et vice versa.

Fenouil et tomate (mais aussi haricots, haricots verts, cumin, coriandre). Le fenouil est un voisin pas toujours simple et perturbe le développement de certains légumes, comme les haricots, le cumin et les tomates.

Pois et ail (ou échalotes, oignons). Les plantes de liliacées endommagent la croissance des pois.

Herbes aromatiques et médicinales utiles

Toutes les herbes aromatiques sont une présence positive pour le potager, leurs huiles essentielles sont très utiles pour l'écosystème ainsi que pour le corps humain (d'où les propriétés médicinales et médicinales de certaines plantes). Le conseil pour ceux qui cultivent avec des méthodes biologiques n'est pas de se limiter à créer un parterre d'arômes séparé, mais de planter les herbes aromatiques disséminées dans le jardin, en privilégiant les associations. Voyons en particulier quelques herbes dont les particularités méritent d'être soulignées.

Absinthe. Ce médicament peut être placé en bordure de parcelle, dans le but d'éloigner les rongeurs et autres animaux qui pourraient ruiner les légumes. Cependant, l'absinthe n'est pas un bon voisin pour les plantes horticoles, il vaut mieux rester à l'écart.

Camomille. Aide à la croissance des oignons, du chou et de la menthe.

Romarin. Il repousse de nombreux insectes nuisibles, en particulier ceux qui s'attaquent aux légumineuses et ombellifères (carottes, fenouil, céleri).

Sauge. Cet arôme attire les abeilles utiles pour la pollinisation et d'autres insectes positifs qui s'attaquent aux parasites du jardin.

Sarriette. Cette plante aromatique est modérément indésirable pour les pucerons.

Thym et coriandre. Ces plantes ne sont pas les bienvenues pour certains parasites du genre lépidoptères et en même temps appréciées des coccinelles, un insecte très utile pour débarrasser le jardin des pucerons.

Valériane officinale. La valériane stimule l'absorption du phosphore des plantes voisines et attire les vers de terre, augmentant la fertilité du jardin.

Fleurs utiles pour le jardin

En général, la présence de fleurs entre les cultures a une contribution positive et il ne faut pas faire de jardin bio sans y insérer des plantes florales. La plupart des fleurs ont pour effet d'attirer les abeilles, qui sont importantes pour la pollinisation de nombreux légumes, comme les courgettes. Les coccinelles aiment aussi être dans des environnements fleuris et ces insectes sont importants pour s'attaquer aux pucerons. Certaines fleurs particulièrement positives méritent d'être soulignées.

Le souci. Cette plante apporte des bénéfices non seulement pour l'action de la fleur mais aussi pour les racines: elle a l'excellente caractéristique d'éliminer les nématodes du sol. Cela en fait un bon voisin, en particulier pour les tomates. C'est l'une des fleurs les plus utiles pour repousser les parasites dans le jardin.

Calendula, géranium, zinnia, potentille, pissenlit, bleuet. Ces fleurs sont fortement recommandées dans le jardin, étant parmi les plus efficaces pour attirer les coccinelles. Le calendula et le pissenlit sont doublement intéressants car ils sont comestibles.

Un merci, un aperçu, une invitation

Cette liste de synergies entre plantes cultivées a également été créée grâce à un ensemble d'expériences réalisées à travers la communauté Facebook d'Orto Da Coltivare. Merci à toutes les personnes qui ont contribué en partageant des expériences et en partageant leurs connaissances. Tant de brefs commentaires ont permis de rassembler un bloc substantiel d'informations utiles.

En plus de ces diverses lectures ont été utiles, la plus importante étant celle des «Associations de légumes et leur utilisation», des auteurs Helen Philbrick et Richard Barlett Gregg. Je suis redevable de cet excellent volume, une lecture facile que je recommande à tous ceux qui souhaitent approfondir le thème des associations.

Enfin: vous n'arrêtez jamais de découvrir de nouvelles associations utiles. Si vous avez des expériences et que vous en connaissez qui ne sont pas mentionnées dans l'article, faites-le moi savoir via les commentaires.


Vidéo: Potager de montagne - des coffres isolation paille pour gagner 15 degrés sans chauffer (Octobre 2021).